50 Shades of Gray - EL James

Parce que le navet n'est pas que cinématographique... et qu'il faut bien que je balance sur cette daube qu'est 50 Shades of Grey... Voici la fête de l'agriculture!
 Bon, OK, le monde s'est assez acharné sur cette œuvre littéraire (ahem!) vendue à plusieurs millions d'exemplaires de par le monde... oui, le monde est fou. Et mon jet d'aigreur ne va probablement pas changer la face de l'univers - ni même balafrer le visage de l'auteure - mais bon, hein, parfois, faut quand même se lâcher!

Alors commençons donc les festivités!

50 Shades of Grey, que j'abrègerai 50SoG, c'est le roman à la mode. La mode, c'est souvent l'art de faire du neuf avec du vieux, et de recycler la garde-robe de grand-maman... mais bon, s'il suffisait de mélanger Bram Stocker et Le Marquis de Sade pour faire une bonne fan-fiction érotico-vampirique, ça se saurait, hein. A la place, on a une trilogie qui à la base était une fan-fiction de Twilight. Vous savez, ce truc niaiseux à souhait avec des vampires en mode lampadaires au soleil.
Hé bien, 50SoG est très très niaiseux.

Question pour un chaaaaaaampion!!! Qui suis-je? Je suis un chef d'entreprise multimillionnaire, je n'ai pas trente ans, je parle plusieurs langues, je pilote mon hélico, j'ai eu une enfance difficile, j'ai un caractère de con, des tendances inquiétantes, j'aime tout diriger, et je fais flipper mon monde avec mes habitudes de stalker. Bref, je ne suis pas fréquentable mais j'ai l'avantage d'être un bogoss bien monté. Mon nom est utilisé dans le titre sous forme de jeu de mots hilarant dont je ne me remettrai jamais... Je suis, je suis.... Christian Grey.

Je laisse la main!

Qui suis-je? Je suis une jeune étudiante un peu cruche et très très niaise qui ne pense pas des masses - ou pense trop mais alors en mode mais allo quoi? - je suis obnubilée par un beau mec vachement flippant qui me fait suivre et m'envoie des cadeaux dont je ne sais que faire... bref, je suis grave in love avec un mec chelou mais grave trop beau atteint du syndrome de Clérambault... Je suis... Ana Steele!

Bref, c'est une jeune femme inexpérimentée et c'est un mec tourmenté qui ressent pour la première fois des sentiments bizarres qui le font agir de manière irrationnelle (offrir des fleurs, c'est OK. Stalker la nana, c'est du harcèlement, monsieur.) Ils se rencontrent un peu par hasard et patatras, ça fait des étincelles, et ils vont finir par s'envoyer en l'air, avec force descriptions. Et la nana aime ça. C'est bien pour elle. Mais le bondage et le SM, c'est quand même pas trop son truc, même si elle kiffe. Donc à la fin du premier tome, elle claque la porte, se disant que, wai, quoi, trop c'est trop.

Autant prévenir tout de suite, si vous en doutiez: il n'y aucune qualité littéraire dans ce bouquin. AUCUNE. Les personnages sont unidimensionnels, ultra plats... en fait, je crois que les théoriciens des cordes pourraient les citer en exemple pour illustrer ce que serait un monde en une dimension. Parfois, il y a une faible lueur d'espoir (genre, une allumette par grand vent, ça fait pschiit puis s'éteint aussitôt.) C'est l'effet "ouais, Christian, il a eu une trop dark life, il est super mystérieux, quoi, tavu." Oui, c'est sûr, avoir une vie de merde rend mystérieux et intéressant. Mouais, ça reste à voir. 

En fait, comme le livre est écrit à la première personne (point de vue d'Ana Steele), nous n'avons que les pensées de cette dernière... et comme elle a l'intellect d'une limule, forcément, on n'apprend pas grand-chose. Le lecteur reste prisonnier de ses états d'âme à deux sesterces, et ça ne fait pas tellement avancer le schmilblik. Tout ce qu'on sait, c'est ce qu'elle sait. Soit pas grand-chose. 600 pages sur du vide, je dis, quand même, chapeau bas! Et encore, ce n'est que le premier tome. Parce que OUI, il y en a deux autres qui suivent, là... ça frise l'orgie, à ce rythme!
Mais bon, je m'attendais peut-être à une histoire, pauvre de moi! L'auteur n'a eu de cesse de répéter que c'est une histoire d'amour... Haha, au temps pour moi, je me coucherai avec deux points de QI en plus, tiens! Non, en fait, toute l'histoire ne semble être qu'un prétexte pour fantasmer un grand coup et décrire des scènes de sexe (c'est explicite) de manière assez plate finalement. Peut-être le manque de vocabulaire (ou d'expérience? :p) ? Je sais pas. Bref, ce qui est à priori le plus intéressant (nan, sans rire, pourquoi ça se vend aussi bien? Mais parce que y'a du carré rose, pardi!) est en fait totalement inintéressant. Comme le reste. On s'en fiche.

Ou alors c'est juste moi, parce que quand même ça se vend bien et il parait que ça a fait du bien à la vie sous les draps de beaucoup de nanas. SANS BLAGUE? OMAGAD! Si ça, ça les réchauffe, putain, ça devait pas être bien folichon. Rhalala... Mauvaise langue, moi? Hey Ho, attendez, une phrase pareille peut être tendancieuse dans un tel contexte, je vous y vois, là!

Breeeef une histoire bidon, écrite avec le talent et l'inspiration d'une collégienne de sixième qui aurait deux de tension. Les phrases sont simplissimes, le vocabulaire pas trop étendu, il n'y a aucun style à proprement parler. Cela devait être à la base une mauvaise fiction, et malgré des réécritures pour quitter le monde de Twilight afin d'en faire une œuvre originale, une mauvaise plume reste une mauvaise plume (ou une mauvaise histoire reste une mauvaise histoire - surtout quand ça parle de rien XD). Ouuuh que je suis méchante! (Oui et j'aime ça XD) On aurait pu s'attendre à mieux de la part d'une auteure qui a deux fois l'âge du lectorat de la saga vampirique... Hahahaha MAIS QUE DIS-JE!!!! Déjà que Twilight, c'est pas du grand art, nan, finalement, tout concorde!

Pour faire simple, 50SoG est peut-être le pire livre que j'ai lu. Et non, je ne lirai pas les deux tomes suivants. Au moins, je l'ai pas acheté (dans un monde où l'emprunt existe, il faut le vouloir pour dépenser 20 euro là-dedans!) j'aurais vachement eu l'impression de m'être fait arnaquer.

Bon, les gens lisent ce qu'ils veulent, et s'ils y trouvent quelque chose, c'est bien pour eux, mais ça fait surtout le beurre de gens qui vont s'engouffrer dans cette voie: le remaniement de fan-fictions qui ont bien marché sur le net, sachant que dans la fan-fic, il y a à boire et à manger et que ce qui marche n'est pas forcément ce qu'il y a de meilleur (on en a la preuve avec cette trilogie.) Une autre œuvre de fan-fiction parue sur le net, et issue de l'univers Twilight, a été publiée. Enfer et Damnation! C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire