L'histoire du garçon à la jambe de bois - Morgane Deleval

Une fois n'est pas coutume, je vais parler d'un livre écrit par une amie, et publié il y a déjà deux ans. Je l'ai acheté il y a quelques mois et je l'ai enfin lu. Il s'agit de L'histoire du garçon à la jambe de bois, de Morgane Deleval, paru chez Edilivre et disponible un peu partout il me semble.

Voici la quatrième de couv': Ira fonctionne par verrouillage automatique, comme un vieux réflexe presque confortable. Link est un puzzle. Il sent qu’il y a certaines pièces qui coincent, mais lesquelles ?
Leur rencontre va faire vaciller leurs certitudes. Des réponses à des questions qu’ils ne se posaient pas encore. Des vides insoupçonnés, comblés l’un par l’autre.
Ces deux garçons avancent sur un fil, comme des acrobates amusés et enivrés de leurs vertiges. Ils ignorent encore à quel point la corde est solide.
Aimer est le plus beau des risques.  
 
Autant écrire des trucs de romances grandiloquentes et barrées me fait marrer sur un forum RPG, autant en lire, de la romance, ce n'est pas forcément ma tasse de thé. Je suis pas la fille la plus romantique du monde (mon mec est plus romantique que moi!) mais quand c'est bien amené et que les personnages sont attachants, pourquoi pas!

C'est là la force de ce court (102 pages) roman. On va droit au but en zappant les détails annexes pour se concentrer sur Ira et Link, deux âmes blessées, chacune à leur manière. Deux caractères différents, deux façons de vivre différentes. Je me suis identifiée aussi bien à Ira (qui me fait quand même l'effet d'être un connard XD) qu'à Link, pour leur fonctionnement et ressentis, justement. L'un fonctionne par verrouillage automatique, l'autre est très effacé et décalé. Et ce sont des caractéristiques crédibles, réalistes, et je sais de quoi je parle^^. Même si ma vie ne ressemble en rien à celle des deux protagonistes, ils sont assez réels pour qu'on les suive, s'attache à eux.

Deuxième point fort, le découpage. Leur histoire, leurs problèmes, ne se résolvent pas comme par magie en trois coups de cuiller à pot, au contraire. Cela prend du temps, des mois, une année (temps du roman) et la fin n'est pas la fin, justement. Mais on suit ces deux garçons, mois après mois, dans cette année charnière durant laquelle leurs convictions vont tomber et ils vont devoir affronter leurs peurs et leur démons pour s'en sortir grandis.

J'ai quelques petits bémols à accorder, mais qui n'entâchent pas vraiment ni la lecture, ni l'histoire dans sa globalité. Si on connaît le background d'Ira, sa famille, ses relations avec elle, on ignore presque tout de Link, à part qu'il a une meilleure amie. J'aurais aimé en savoir plus sur lui. En même temps, c'est cette part de mystère, de garçon qui ne se dévoile pas, qui fait aussi son charme. Il est effacé, dans tous les sens du terme, et prend de plus en plus d'importance, dans l'histoire comme dans sa manière d'intéragir avec les autres.

Le livre est réellement du point de vue d'Ira et de Link. Et ça se ressent dans le quasi anonymat des autres personnages qui vont et viennent. Ira ignore volontairement les autres, Link est limite un figurant dans sa propre vie, donc dans celle des autres.

En bref, une très bonne lecture, sur un ton très agréable à lire, avec des dialogues tantôt cinglants, tantôt ironiques, qu'on aimerait sortir plus souvent. Des paroles actuelles, qu'on dirait nous mêmes, qu'on entendrait facilement. Bref, pas du surjoué, ni du jeunisme raté (Mais si! c'est 'bleu-ssi-po! si vous vous souvenez de la pub SNCF xd).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire